Écrire pour la jeunesse n’est pas chose aisée. Selon la tranche d’âge visée, il faut savoir s’adapter à son niveau de lecture et à ses préoccupations. Nous vous donnons quelques conseils pour vous permettre de vous lancer dans l’écriture de votre livre jeunesse.

Les catégories

Avant toute chose, il est important de savoir pour quelle tranche d’âge vous souhaitez écrire. Le terme « jeunesse » enveloppe, en effet, plusieurs classes d’âge. Nous pouvons les décomposer en quatre catégories :

– la classe d’âge « préscolaire » qui vise des enfants de 0 à 5 ans.

– la classe d’âge des « premières lectures » qui vise ceux de 5 à 7 ans.

– la classe d’âge des « jeunes lecteurs » qui vise ceux de 7 à 12 ans.

– la classe d’âge des « adolescents » qui vise ceux de 12 ans et plus.

Bien entendu, les tranches de ces catégories sont interchangeables et vont dépendre de la maturité du lecteur. Il existe de très bons lecteurs qui sont encore en primaire, alors que certains collégiens vont prendre peur dès qu’ils devront lire un ouvrage dépassant une cinquantaine voire une centaine de pages.

Le thème

Tous les sujets peuvent être abordés, même lorsqu’il s’agit des plus difficiles. Il faut juste réussir à trouver un angle, une approche à travers votre histoire qui pourra intéresser ces jeunes lecteurs.

L’histoire

Globalement, les histoires à destination de la jeunesse ne doivent pas comporter de temps mort. Il est important que les actions de votre récit s’enchaînent rapidement. Pour les plus petits, une simple exploration du monde suffit et contenant des enjeux assez faibles. Pour les autres catégories, si vous ne savez pas comment raconter votre récit, mettez-vous à hauteur d’enfant. Une histoire racontée par un enfant de sept ans différera de celle contée par un adolescent de quatorze ans. Les deux ne se concentreront pas forcément sur les mêmes éléments, les mêmes détails.

Le narrateur de votre histoire peut donc avoir le même âge que le lectorat visé. La personne qui vous lira s’identifiera plus à un héros ou une héroïne ayant le même âge ou maximum deux ans de plus, parce que tous les enfants rêvent quand même de grandir.

Le style : vocabulaire et construction des phrases

Plus votre lecteur est jeune, plus le vocabulaire utilisé sera familier. Néanmoins, il ne faut pas pour autant simplifier tous les mots dans votre récit. Les enfants peuvent comprendre les mots compliqués, la clé est de ne pas en abuser. Le nombre maximum de nouveaux termes par page variera selon l’âge du lecteur.

Quant à la construction des phrases, plus jeune est votre lecteur, plus les phrases seront courtes. Évitez les phrases trop longues avec, par exemple, énormément de subordonnées relatives (« que… »).

L’illustration

Pour les plus jeunes, préférez le maximum d’illustrations avec un texte très court. Les images descriptives remplaceront alors l’écrit. Pour les plus âges, vous pouvez utiliser une illustration qui témoigne d’un moment fort, émouvant, heureux ou triste. Cela aura plus d’impact sur l’enfant.

" Les vrais grands écrivains sont ceux dont la pensée occupe tous les recoins de leur style."

Citation de Victor Hugo

DÉPOSEZ VOTRE MANUSCRIT